Remettre l’économie au service d’une cause plus grande

Table ronde au salon Music Up! samedi dernier sur ‘les nouvelles consommations équitables de la musique’; l’occasion de rappeler que notre vision chez Bustle Music de l’équitable est de remettre l’économie au service d’une cause plus grande: le développement de tout l’homme et de tous les hommes

24862369_375720889517916_1105128239784986797_n

crédit photographie: Music Up!

Samedi 9 décembre à Paris avait lieu la 2ième édition du salon grand public Music Up! sur le thème ‘à la rencontre du monde musical de demain’.

Dans une atmosphère détendue, entre les présentations de nouvelles solutions des start-ups de la musique, les sets de DJs électro (Madijuwon, Lou Berry ou Yoyo), les organisateurs avaient planifiés 3 conférences, donc une sur ‘les consommations équitables de la musique’, avec Gilles Bressant (directeur général de l’ESML – le syndicat des éditeurs de service de musique en ligne-), Sylvain Longeval (fondateur de Charitunes) et moi même, animé par Suzanne Combo (musicienne et déléguée générale de la GAM – Guilde des Artistes de la Musique).

Il est difficile de résumer un débat (!), aussi je vous mets de mémoire mes premiers éléments de réponse:

La période de Noël, ce mois d’une frénétique course aux cadeaux, est propice à questionner sur ce qu’on met derrière les termes de ‘consommation équitable’.

Parce que finalement, Noël…c’est quoi?

Une vaste ‘teuf de la consommation’?!

Non. Ce serait éminemment réducteur.

Noël, c’est une fête chrétienne.

Pour les chrétiens, c’est l’incarnation c’est-à-dire Dieu qui se fait homme pour leur montrer qu’il n’est pas étranger à la condition humaine, et qu’Il vient les sauver de tout ce qui ne va pas bien.

Et c’est tellement incroyable que pour manifester cet amour on s’est mis à s’offrir des cadeaux. Fair enough.

Bon. Donc finalement les cadeaux, donc le matériel ou encore l’économie n’est qu’au service d’une cause plus grande: dans le cas de Noël de célébrer l’amour de la naissance d’un petit bébé, et quel bébé: Dieu; simply speaking.

Et c’est ça, notre vision chez Bustle Music de l’équitable: remettre l’économie au service d’une cause plus grande: le développement de tout l’homme et de tous les hommes.

Donc en pratique ça veut dire:

– la protection de la création artistique, car la musique c’est le chant de l’âme,

– un meilleur accès à la culture,

– le souci du développement de tous les acteurs (artistes bien sûr, labels, les managers d’artistes qu’on oublie souvent…mais aussi les auditeurs ou conso-acteurs pour reprendre le jargon ESS),

– une protection juridique adaptée,

– une répartition des revenus plus équitables,

– une distribution en circuit court,

– une réduction de l’empreinte carbone grâce à la dématérialisation.

Bref un changement profond et holistique, ou comme on aime l’appeler ‘l’équitable révolution du streaming de la musique’!

Cyrille

Bustle Music au Soudan

Après 20 ans d’embargo américain, sa levée en octobre 2017 a déclenché au Soudan l’organisation d’un grand festival pour présenter au monde ses talents artistiques en décembre. Bustle Music est invité pour animer un atelier sur la distribution digitale!

 

 

Pourtant, au Soudan, il y a des pyramides

On parle peu du Soudan. Ou alors de façon tragique. La crise du Darfour, il y 10 ans par exemple, ou actuellement la guerre civile au Soudan du Sud (indépendant de la République du Soudan depuis 2011), et les famines qui déciment la population.

Nous les premiers.

Quand on nous demande de raconter notre exploration musicale de 2012, le Soudan est évoqué surtout pour ces 3 jours mythiques à traverser la moitié nord – donc saharienne- du pays, pris en stop par une caravane de camions. C’est un pays qui était plus ‘sur le chemin’ qu’un véritable objectif.

Et pourtant.

Pourtant, au Soudan, il y a des pyramides. Si si! Dans le nord, près de Dongola. C’est le Sud de l’ancien territoire des Nubiens, LE peuple de la grande Égypte des Pharaons.

Pourtant, au Soudan, il y a des éléphants, dans les grands parcs de savane au Sud près de la frontière avec l’Ethiopie.

Pourtant, au Soudan, on croise une scène artistique florissante, métissage de toutes ces populations qui se rejoignent à Khartoum – la capitale- pour faire le dernier bout de chemin vers Port Soudan et, de l’autre côté de la Mer Rouge, le port de Djeddha et la Mecque.

 

Une carrière obligatoirement internationale

Nous y sommes passés, en 2012. Si nous avons peu croisé de musique sur notre route, nous gardons en mémoire un peuple pauvre mais extrêmement accueillant. Depuis presque 20 ans le pays était sous embargo américain. Concrètement, c’est simple: il est interdit de faire du commerce avec le Soudan. Pour autant, la population ne désespère pas et, dans la mesure du possible, essaye de trouver des solutions alternatives. À notre niveau le meilleur exemple est incarné par Youssif Ahmed. C’est à Dahab en Egypte que nous l’avons rencontré. Il s’est installé dans cette ‘Bristol de l’Egypte’ en devenir -pour le côté communauté artistique en installation-, afin d’avoir les mains libres pour piloter le label de reggae Umreggaega pour les Soudanais, en attendant de meilleurs jours. Label. Le mot est trop ‘européanisé’ pour l’ambition du projet qui ‘dépote’. Il s’agit pour Youssif  de permettre avant tout aux artistes soudanais d’avoir une base à l’extérieur du pays pour s’entraîner, jouer en ‘live’, commencer à développer une carrière qui sera nécessairement internationale.

Depuis 18 mois, la communication s’est arrêtée

Si, depuis le début, Youssif est derrière notre projet de plateforme équitable, c’est autant par son système de monétarisation plus juste que par la mise en valeur des territoires par la carte. Mais depuis 18 mois, la communication s’est arrêtée devant l’éternelle question de Youssif : ‘comment vas-tu faire pour que l’argent transite au Soudan?’. Dans un mail de septembre 2016, je finis par lui proposer ‘une antenne en Egypte qui récoltera les revenus des Soudanais, revenus qui transiteront alors en cash chargé sur des mules à travers le désert’. Bref, rien quoi. Je n’ai pas de ‘réponse technique’ à un problème géo-politique qui nous dépasse tous. L’Europe se bat ‘contre’ les flux migratoires, mais les États-Unis empêchent la mise en oeuvre de solutions de développement local. Alors nous, au milieu, on a décidé de se concentrer sur l’Afrique de l’Ouest dans un premier temps. Jusqu’à ce jour d’octobre 2017.

Après 20 ans de restriction, la communauté artistique soudanaise organise un festival

Début octobre 2017, nous twittons avec joie sur la levée de l’embargo! Sans vraiment mesurer le poids de cette décision.

Et ce n’est que 10 jours plus tard que je réalise, par ce mail de Youssif :

‘ Dear friend, things has changed now, the Americans have lifted the embargo and money can now flow in and out of Sudan without restrictions. We are working together to bring around 500 participants together in Karmakol Festival.  I see this as a great opportunity for Bustle, to have a share of the Sudanese music industry streaming revenue while punting on the table what I believe is a fare content monetization model. ‘

 

Vous comprenez?

Après 20 ans de restriction, la communauté artistique soudanaise organise un vaste festival, le Karmakol festival, pour dire au monde ‘Hé! On existe, regardez ce qu’on sait faire!’ Génial !

Ce qui intéresse Yousif, c’est de mettre en valeur ce territoire d’Afrique de l’Est dont on parle peu, et de tout de suite brancher la communauté artistique sur des outils qui vont permettre un vrai développement des artistes, c’est-à-dire des outils digitaux et collaboratifs. Et c’est là qu’il réveille de vieilles amitiés !

3 jours d’atelier sur la ‘Distribution Digitale de la Musique’

Je vais donc aller animer 3 jours d’atelier du 18 au 20 décembre à Karmakol, à 4 heures de Khartoum.

Ce qu’on apporte, c’est notre expertise sur la distribution digitale de la musique, notamment dans des zones à faible couverture internet, nos réflexions sur les usages des services digitaux dans des pays au faible taux de bancarisation, nos avancées en matière de protection du droit d’auteur comme outil garant de la création artistique et de système de répartition des revenus, bref, comprendre les enjeux et défis de construire des ponts entre les peuples, par leur culture.

Pour cela nous faisons équipe avec Blick Bassy, artiste français d’origine camerounaise très engagé dans le développement des artistes africains, et sa solution en développement d’édition musicale. L’idée est de ainsi présenter l’édition et la distribution, dans un package 3.0 qui sent bon le  mieux vivre ensemble!

Pas mal pour finir l’année!

Cyrille

 

Funding music: a new path away from incoherence and lack of transparency

Musicians but international rock-stars make very little income. If we admit the fact that they actually should be financially rewarded for their music, then what’s not working in the current system? An overview of the ‘backstage’ of the music industry reveals that there is a big incoherence and a lack of transparency, that we would like to point out.

SCHEMA COMPARATIF ENG-01

* source ADAMI – 2017

Nowadays artists pay to get distributed

Why is that so incoherent?

A step back is enough to realise that if artists pay to get distributed, and listeners pay to listen, then it’s the middle link that captures all the value.

What’s interesting here is that in fact  the so called middle link covers 2 actors: the distributor (Sony ou Universal), and the distribution company (Spotify or Deezer). And the system is so twisted that distribution companies also pay a lot to the distributors, making them losing lots of money too! But we’ll not start crying for them either; they’re all valued at billions euros anyways.

But as we can see it’s not a circle where everyone ‘gets’ something. It’s a ‘double one-way system’ toward distributors. And that does not work.

But more profoundly, does a chef pay to cook you food? Or a captain to pilot an aircraft? No! Of course not. So why should it be the case in music?

The chef or the pilot get a chunk of what’s earned by selling the product or service (a nice meal, a flight…). And it used to be like that in music too. It’s just changed in the late 90’s, and that change has been amplified with the digital revolution, and it gradually got commonly accepted by everyone.

 

Pitch black negotiations between distributing companies and distributors

As a listener, when paying a subscription to a music service, I’m assuming that the distributor and the label get a fraction of the money, but that most of it go to the musicians.

How naive was I.

Reality is quite different.

As explained earlier, my money goes from my hand to the distribution company, then to the distributor, then to the label and then eventually to the musician. But what’s being negotiated between the distribution company, the distributor and the label is pitch black. It quite easy to understand why. How quirky the system is, it makes both distributors and distribution companies wealthy. Job’s done. It is easy then for a distributor to say that it ‘gives back 100% of revenues’ to the labels or the independent artists. But has anybody ever asked….100% from ‘what revenues’?! Shame; the answer it quite interesting. Simply from the revenues negotiated between the distributor and the distribution company.

 

Being critical is easy.

We know.

And we wouldn’t start should we not have something else to offer.

It’s a system where artists don’t pay to get distributed, where the distribution company shunt aside the distributor to go directly to the artist or its label, and where in a full transparent circle everyone plays its role with the musician in the centre.

And that system’s called Bustle Music !

Cyrille

Musiciens, venez retirer vos royautés!

Après 18 mois assez intenses d’imagination, de schémas, d’itérations et de développement, c’est fait: les musiciens peuvent maintenant entrer leurs coordonnées de carte bancaire… et se faire payer les revenus de l’exploitation de leurs oeuvres sur Bustle Music!

sign-1209593_1920

La base du système ‘Bustle Music’ est en place!

La ‘base’ de notre système, c’est le fait que:

  • les musiciens peuvent charger de la musique sous licence sur la carte,
  • les auditeurs prennent des abonnements,
  • l’algorithme de répartition répartit les revenus proportionnellement à l’écoute,
  • les musiciens retirent leur argent.

De là, ce ne seront que des développement d’’amélioration’ 🙂

 

On a en tête:

  • Des mise en avant par playlist (ah non, ça aussi c’est déjà en place en fait!),
  • Une amélioration de l’interface, pour rendre plus ludique et esthétique les marqueurs, parcours musicaux,…
  • Le off-line, qui permettra d’écouter sa musique dans le métro, dans les zones à faible internet,
  • Des interfaces de communication et connection entre artistes & auditeurs, qui permettront aux artistes d’envoyer des ‘géo-notifications’ sur un concert à venir…
  • La géo-loc. des bars, salles de spectacles,…

Et ce n’est que le début d’une longue liste!

 

Un système transparent, mais beaucoup de pays sur ‘liste noire’

La sortie de notre système pour retirer de l’argent, ou ‘pay out’, est l’occasion de revenir sur quelques caractéristiques de ce modèle de paiement.

Encaisser de l’argent de la part d’autrui pour en redistribuer tout ou parti est TRÈS réglementé. Et on le comprend. A l’heure du terrorisme international et des ‘ransomelware’ (ces logiciels qui piratent des centaines de systèmes en une seule nuit), ces pratiques de ‘place de marché’ pourraient être la nouvelle génération des blanchisseuses d’argent. Vous allez me dire que c’est bien ce que font Airbnb, Blablacar, Ulule ou Ebay. Bien sûr, mais comme nous, elles ne le font pas ‘directement’. En effet l’agrément pour y être autorisé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) prend plusieurs années, et coûte des millions. Comme les autres, nous passons donc par des prestataires spécialisés qui eux, ont cet agrément.

Dans le cas de Bustle Music, nous passons par MangoPay.

En plus de l’aspect purement ‘réglementaire’, MangoPay s’occupe de stocker et de sécuriser les informations bancaires, et de s’assurer que les ‘acheteurs ‘(chez nous les mélomanes) sont bien solvables et que les ‘vendeurs’ (chez nous les artistes) sont bien les ayant droits. Pour aller plus loin dans l’explication, vous comprenez bien en lisant ce paragraphe qu’en fait les fonds transitent par des ‘portefeuilles électroniques’ chez MangoPay directement du mélomane aux artistes (pour 60%) et à Bustle Music (pour 40%)….et que donc seulement ces fameux 40% passent par le compte en banque de Bustle SAS.

La transparence est totale!

 

Malheureusement MangoPay, comme tout le monde, est soumis aux règles internationales. Et quand il s’agit de flux financiers, ceux-ci sont TRÈS contrôlés. Supposons qu’un pays soit sous embargo international, alors aucune entreprise ne peut faire d’échange avec ce pays. Et y transférer de l’argent comme revenus de l’exploitation d’oeuvre culturelle est un échange.

Le pire… c’est que la liste des pays ‘blacklisted’ (sur liste noire…mais ça sonne plus ‘thriller’ en anglais :-)) …est plutôt longue en fait. On y trouve des pays comme la Syrie et l’Irak (ah bon?) ou le Panama (étrange, un pays sans remous), mais aussi la Biélorussie, l’Angola ou les îles Marshall.

Nous aussi, nous ne sommes pas complètement convaincus par cette histoire de pays sous embargo. De loin cela donne l’impression de priver des populations d’outils pour se développer. D’autant plus quand ces embargos sont imposés par UN seul pays et non pas la communauté internationale.

Mais une plateforme durable et éthique est d’abord légale.

Il n’est donc pas question de mélanger ‘utopie’ et ‘mise en place d’un outil pragmatique de développement collaboratif’.

Néanmoins nous ne serions pas une startup de ‘solution-focus dreamers’ si nous ne réfléchissions pas à des moyens pour que les artistes des pays sous embargos puissent recevoir leurs dûs; affaire à suivre!

Cyrille

Bustle Music fait son bilan de l’été

Cet été, pendant que la plupart d’entre vous prenait des vacances, on s’activait chez Bustle Music. Tout d’abord pour vous accompagner tout au long de la période estivale, mais aussi et surtout pour vous préparer une rentrée haute en couleurs. Aujourd’hui , on fait le bilan, c’est parti !

IMG_3274

Tout d’abord pour commencer l’été, nous vous avons emmené sur les routes de l’hexagone pour partager avec vous nos découvertes musicales du #BMTT. Au travers de la campagne Back to the #BMTT, nous vous avons présenté 14 artistes français enregistrés par notre partenaire Road Studio et son « studio mobile ». Grâce à cette collaboration, nous avons également pu mettre en lumière une nouvelle fonctionnalité sur Bustle Music, les playlists géolocalisées. Désormais vous pourrez voyager en musique sur notre plateforme. Tour de France, Tour du Monde aucune limite n’est fixée !

Autre gros événement de l’été Cyrille le Big Boss de Bustle Music a traversé la Manche pour développer et implanter la plateforme Bustle Music au Royaume-Uni. En passant par Bristol pour y développer une antenne ou en allant au Fringe à Édimbourg, il avait pour mission de s’attaquer au 2e plus gros marché de la musique. De petites choses se sont ainsi mises en place mais comme on aime faire les choses bien on vous en parlera en détail quand tout sera prêt !

Enfin, grâce à notre parrain Isaac Kémo, l’ambassadeur ivoirien du saxophone nous avons pu continuer notre prospection en Côte d’Ivoire, un pays qui nous est cher et dont nous vous avons déjà parlé. De passage à Paris, Isaac est venu dans nos bureaux au Cargo et le travail continu de plus belle. Encore une fois, restez branchés car de très belles choses arrivent.

  • C’est tout ? Vous ne vous êtes pas foulés cet été…

Attend, attend ce n’est pas fini.

Ce n’est que le sommet de l’iceberg, ce que nos auditeurs voient.

  • Ah bon ?

Oui, derrière le rideau on travaille sur des développements juridiques comme notre (web-licence)² pour les musiciens produits, ou la mise en place des licences de diffusion musicale auprès des sociétés de gestion collectif des droits d’auteur comme la SACEM. Et puis bien sûr on finit le développement tech. de l’algorithme de redistribution et de rémunération.

En dehors de ces chantiers compliqués,  outre une refonte de notre page d’accueil que vous pourrez bientôt découvrir, on travaille à l’introduction progressive d’une nouvelle ligne éditoriale sur nos réseaux sociaux et sur notre blog. Au programme des articles plus poussés sur les artistes & de nouvelles playlists, deux éléments que vous avait déjà pu découvrir cet été. Ça vous suffit ??

  • Ok, ok, mais ça sort quand tout ça ?

Pas de mauvaise annonce ; le développement d’une start-up ne peut se faire avec des dates précises, ou des levées de rideaux où le CEO se met à faire une petite danse comme Bill Gates à la sortie de Windows 95 !

Néanmoins, on est vraiment content d’annoncer qu’enfin la première ‘boucle est bouclée’ puisque la répartition des gains et la rémunération seront effectives dans les 10 prochains jours !

Musiciens, soyez prêts à entrer vos coordonnées de carte bancaire pour retirer vos premiers revenus ; mais en attendant, et ça concerne tout le monde, profitez tous les samedis d’une nouvelle playlist d’artistes choisis par nos soins aux 4 coins du globe.

Jason

 

LES PARCOURS MUSICAUX SONT ARRIVÉS #BACKTOBMTT

capture_d___e__cran_2017-07-21_a___09.54.35

Depuis une semaine déjà, on vous propose une rétrospective de de notre tour de France musical de l’été – le Bustle Music Tempo Tour #RetourVersLeBMTT. L’idée? Vous faire revivre l’aventure avec nous en vous présentant les artistes enregistrés sur le tour par Road Studio, le studio d’enregistrement mobile lillois, et revenir sur les différentes étapes de notre périple.

Mais c’était aussi l’occasion idéale d’introduire une nouvelle fonctionnalité sur la plateforme – les parcours musicaux !

Les parcours musicaux? Un parcours musical, c’est comme un itinéraire de voyage : il y a des villes, et les chemins parcours qui les relient. Mais en plus de voir du pays, vous écoutez sa musique puisque des artistes sont assignés à chaque ville. Au fur et à mesure que la chanson se joue, la montgolfière se déplace d’un point à l’autre de la carte le long de l’itinéraire tracé.

Pour l’inaugurer, on vous a préparé une playlist spécial #BMTT sur laquelle vous pouvez écouter tous les artistes qu’on a rencontré à l’endroit où on les a rencontrés.

DEVIENS UN EXPLORATEUR

Vous revenez d’exploration musicale sur Bustle Music et avez découvert des artistes incroyables et encore trop méconnus? Vous souhaitez les mettre en avant en créant un parcours musical? Soumettez-nous une proposition, et si elle nous plaît, on la mettra en ligne !


En attendant, vous voulez découvrir la chorale hippie pop de Pujols, le piano à roulettes de Bordeaux, ou encore le rock endiablé de Rennes? Alors n’oubliez pas de nous suivre sur Facebook, Twitter et Instagram et inscrivez-vous sur Bustle Music pour écouter la playlist géo-localisée de l’été 2017 !

Hélène

OUT NOW – LES STATS ARTISTES

On vous en a parlé, elles sont bien là désormais – les statistiques artistes ! Suivez l’évolution de vos œuvres et de leur cote de popularité.

capture_d___e__cran_2017-07-10_a___12.16.28 - Edited

Qui sont les personnes qui vous écoutent? D’où viennent-elles? Quelle a été leur chanson préférée?

Pour que vous, musiciens et adeptes de Bustle Music puissiez répondre à toutes ces questions, on a mis en place un tableau de bord reprenant les principaux indicateurs d’écoute, disponible depuis l’onglet “Mon Studio” et “Mes statistiques”.

L’intérêt? Mieux connaître vos fans, ce qui en retour vous permettra d’organiser vos tournées en conséquence ou encore, d’adapter votre angle de communication en fonction des goûts de vos auditeurs.

Qu’est-ce qu’on trouve sur les statistiques artiste?

  • Entièrement & Partiellement écoutées – pour que vous sachiez quelles chansons ont été écoutées jusqu’au bout et à quel moment les auditeurs sont passés à la piste suivante.
  • Nombre d’auditeurs – pour identifier votre fan base. Avez-vous un seul fan mais inconditionnel, une multitude de fans qui zappent après trente secondes de chanson, ou simplement une fan base fidèle de Bustlers qui se soucie de votre rémunération?
  • Temps écouté &  Ratio de l’écoute totale – pour connaître le temps total écouté tout en suivant l’évolution du ratio qui servira à déterminer votre part de rémunération.

Le tout est disponible mensuellement sur l’ensemble de votre oeuvre, mais également par piste musicale. En croisant tous ces indicateurs vous avez donc accès à une multitude d’informations. What else ?!

A Bustle Music il y a toujours “something else” pour améliorer l’expérience auditeur et artiste. Du coup, on se projette déjà dans le futur, avec notamment l’intégration d’une partie statistiques géo-localisées des fans et d’une partie sur la rémunération à proprement parler.

Bien entendu, on reste à votre écoute, donc si vous pensez à des indicateurs intéressant auxquels on n’aurait pas pensé, n’hésitez pas à nous envoyer un message à hello@bustlemusic.com ! En attendant, allez découvrir par vous-même toutes les fonctionnalités en vous inscrivant sur Bustle Music.

Et si on se réconciliait avec les statistiques?

See you soon Bustlers,

Hélène

The ‘stream & fund ‘ system has been launched!

mongolfiere ENG (1)

The website on its new version has opened early February, and it was totally free.

In total fairness it wasn’t just a nice welcoming gesture from us!

Indeed we had few debugging to do, some features to add and the catalog was a bit minimalist. I actually want to take the opportunity to thanks the few of you who have experienced some display bugs or minor errors for  their understanding and feedbacks: merci!

But here we are!

As we’ve presented it last week we’ve rolled out a ‘merged app.’ (see last week article) where you can filter the artists around you on the map by specific music types: that’s ‘enhanced music discovery’!

And from this week, you can now even create your own playlists to start building your own Bustle Music library.

As for the artists, we are very proud to say that we’ve achieved that 1st milestone of 100+ artists, from 4 continents, on more than 12 different types (classical, reggae, rock, jazz, latino, afro-fusion….). That’s already more than 30 hours of music to listen to….and it keeps increasing every day.

While this was getting ready we’ve worked in parallel to setup the payment system of our ‘market place’, via our service provider ‘Mango Pay’, which works with cultural web services or crowdfunding platforms.

Obviously this had to be absolutely right, and it is!

And everything being in place now, we can open our innovative ‘stream & fund’ system: time for the listeners to become actors!

From now on everybody starts with 15 days free trial. And if you like it, if you want to carry on browsing the map and listening to those artists from all over the word, well you’ll have to subscribe.

Basically you ‘stream’ the music on Bustle Music, and by doing that you actually ‘fund’ the artists….without even realising it; almost; brilliant, isn’t it?!

It’s not a lot (see the various subscription plan), but it’s important so that all together -we create the framework and you pay- we can support musicians from all over world, we can act on local development, we can start changing how we consume and thus how we interact all together.

A final word before I let you ‘bustle around the world’.

We are on development.

There are billion things we would like to develop on Bustle Music (being able to share the music we like, being able to update our profile, being able to interact with the artists and see on the map where will be their next gigs, being able to follow labels, being able to follow to which artist(s) we’ve contributed the most, adapt the price policy to the countries…). Those things will come. Just give us a bit of time, and get back to us with your feedbacks, ideas, comments….

Thanks again for all your support.

Let’s bustle!

Cyrille

 

Découvre les artistes autour de chez toi: le filtre géo-musical!

Capture d’écran 2017-04-27 à 12.40.14.png

Afin de mieux explorer la carte, nous avons mis en place un filtre géo-musical, qui vous permet de voir quels sont les musiciens dans un genre de musique particulier qui sont autour de chez vous! Un bel effort de développement technique, pour une exploration musicale augmentée!

Ca devenait compliqué!

Le site (www.bustlemusic.com, qui est en fait la façade de ‘Bustle Music‘) ouvrait sur deux applications (c’est la partie fonctionnelle, là où il y a la carte, où on lit de la musique, où les interactions se font en fait….): une pour ordinateur et une pour smartphone.

En effet pour charger de la musique les musiciens utilisent dans 100% des cas un ordinateur car leurs pistes sont soient sur un cd ou soit sur une clé usb. Il leur fallait donc un accès ‘ordinateur’. Mais les auditeurs, eux,  utilisent à 80% leur smartphones. Grrr!

Question d’un utilisateur:….heu…tu m’as perdu là. C’est pas possible d’avoir un seule site internet, qui soit consultable sans distinction depuis ordinateur, tablette ou smartphone?

Réponse de Bustle Music: un ordinateur et un smartphone ne fonctionnent pas pareil. Ce ne sont pas les mêmes ‘systèmes opérationnels’ -c’est le logiciel chef d’orchestre sur un appareil électronique-, il y a moins d’espace de stockage dans un smartphone, etc… D’où l’apparition des ‘applications’ avec l’arrivée des smartphones. On a prévu un article pour vous expliquer dans les détails comment ça se passe. Mais pour le moment, acceptez l’idée que si l’aspect des sites et applis. sont les mêmes quelque que soient les  appareils, derrière le rideau c’est en fait assez différent!

On a donc développé une app. pour ordinateur, orienté ‘carte’ afin que les musiciens puissent se géo-localiser, mais sans vraie fonctionnalité de lecture musicale. Et une deuxième app. pour smartphone orienté ‘lecture de musique’ avec la réglette ou filtre géo-musical mais sans la carte.

Mais les retours depuis 3 mois sont que c’était dommage et un poil frustrant pour vous, et très lourd en maintenance pour nous.

On s’est donc remis au boulot, on a décidé de fusionner (en language start-up on dit ‘merger’) les 2 apps. en une!

Et vous allez maintenant tous pouvoir utiliser les chouettes fonctionnalités de découverte musicale tout en surfant sur la carte, et ce, peu importe que vous soyez sur ordinateur ou smartphone!

Un bel effort de développement technique, pour une exploration musicale augmentée!

Cyrille

Discover our subscriptions!

Here we are!
Within the next couple of weeks we’ll start our stream & fund system.
Let me get it right: you can already surf on Bustle Music. But it’s free, so artists aren’t paid right now. And that’s the Big change coming up: listeners start to pay, therefore artists start to get paid!
So it’s time to introduce you to the various memberships!

Discovery

Everyone starts with 15 days for FREE.
Standard.
You should be able to try, surf on the map, have a listen or discover an artist from where you live for free. And then if you like it, you’ll take to the next level.
Why only 15 days?
Because we believe that if everybody should be able to acces to music, we also believe in a fair retribution to the artists. And as you can imagine, if too many people stream for nothing…well it’s going to be difficult for artists to generate revenus!

Support

For 4€ per month you’ll have a full access to Bustle Music for 2 hours a day.
2 hours, that’s just about the European average time spent everyday listening to music.
And 4€, that 3 coffees (or 4 depending where you live!). Think of how many coffees you take every month?!
Fan
For those who listen to music at work, or while commuting, or just if you’re a bit of music lover, you need more than 2 hours a day.
So we’ve got this second level: 12hrs a day, for 10€ per month! This should fill you up!

As you can see, there’s no ‘unlimited’ offer. And it seems quite important to explain why.

80% of the IT cost of accessing music or video on line comes from streaming actually. Not the storage cost on servers, but the actual fact of streaming. So to offer an ‘unlimited’ access, we’ll have to anticipate that some listeners would stream, maybe in mute, but would stream for 15, 16 hours a day. Therefore we would have to double the price just to be sure of the resilience of our business model.
But also, it’s quite unfortunate, but some artists might get tempted to stream ‘en continue’ their music using their ‘unlimitted access’, and crash the overall stream & fund system.
Don’t get us wrong, there’s been a lots of thinking to create a system win-win for the listeners and the artists; and as usual ‘ethic’ means telling you the truth.
Right, you still have few more days to enjoy freely Bustle Music and decide what subscription to choose: have a good listen!