Bustle Music au Soudan

Après 20 ans d’embargo américain, sa levée en octobre 2017 a déclenché au Soudan l’organisation d’un grand festival pour présenter au monde ses talents artistiques en décembre. Bustle Music est invité pour animer un atelier sur la distribution digitale!

 

 

Pourtant, au Soudan, il y a des pyramides

On parle peu du Soudan. Ou alors de façon tragique. La crise du Darfour, il y 10 ans par exemple, ou actuellement la guerre civile au Soudan du Sud (indépendant de la République du Soudan depuis 2011), et les famines qui déciment la population.

Nous les premiers.

Quand on nous demande de raconter notre exploration musicale de 2012, le Soudan est évoqué surtout pour ces 3 jours mythiques à traverser la moitié nord – donc saharienne- du pays, pris en stop par une caravane de camions. C’est un pays qui était plus ‘sur le chemin’ qu’un véritable objectif.

Et pourtant.

Pourtant, au Soudan, il y a des pyramides. Si si! Dans le nord, près de Dongola. C’est le Sud de l’ancien territoire des Nubiens, LE peuple de la grande Égypte des Pharaons.

Pourtant, au Soudan, il y a des éléphants, dans les grands parcs de savane au Sud près de la frontière avec l’Ethiopie.

Pourtant, au Soudan, on croise une scène artistique florissante, métissage de toutes ces populations qui se rejoignent à Khartoum – la capitale- pour faire le dernier bout de chemin vers Port Soudan et, de l’autre côté de la Mer Rouge, le port de Djeddha et la Mecque.

 

Une carrière obligatoirement internationale

Nous y sommes passés, en 2012. Si nous avons peu croisé de musique sur notre route, nous gardons en mémoire un peuple pauvre mais extrêmement accueillant. Depuis presque 20 ans le pays était sous embargo américain. Concrètement, c’est simple: il est interdit de faire du commerce avec le Soudan. Pour autant, la population ne désespère pas et, dans la mesure du possible, essaye de trouver des solutions alternatives. À notre niveau le meilleur exemple est incarné par Youssif Ahmed. C’est à Dahab en Egypte que nous l’avons rencontré. Il s’est installé dans cette ‘Bristol de l’Egypte’ en devenir -pour le côté communauté artistique en installation-, afin d’avoir les mains libres pour piloter le label de reggae Umreggaega pour les Soudanais, en attendant de meilleurs jours. Label. Le mot est trop ‘européanisé’ pour l’ambition du projet qui ‘dépote’. Il s’agit pour Youssif  de permettre avant tout aux artistes soudanais d’avoir une base à l’extérieur du pays pour s’entraîner, jouer en ‘live’, commencer à développer une carrière qui sera nécessairement internationale.

Depuis 18 mois, la communication s’est arrêtée

Si, depuis le début, Youssif est derrière notre projet de plateforme équitable, c’est autant par son système de monétarisation plus juste que par la mise en valeur des territoires par la carte. Mais depuis 18 mois, la communication s’est arrêtée devant l’éternelle question de Youssif : ‘comment vas-tu faire pour que l’argent transite au Soudan?’. Dans un mail de septembre 2016, je finis par lui proposer ‘une antenne en Egypte qui récoltera les revenus des Soudanais, revenus qui transiteront alors en cash chargé sur des mules à travers le désert’. Bref, rien quoi. Je n’ai pas de ‘réponse technique’ à un problème géo-politique qui nous dépasse tous. L’Europe se bat ‘contre’ les flux migratoires, mais les États-Unis empêchent la mise en oeuvre de solutions de développement local. Alors nous, au milieu, on a décidé de se concentrer sur l’Afrique de l’Ouest dans un premier temps. Jusqu’à ce jour d’octobre 2017.

Après 20 ans de restriction, la communauté artistique soudanaise organise un festival

Début octobre 2017, nous twittons avec joie sur la levée de l’embargo! Sans vraiment mesurer le poids de cette décision.

Et ce n’est que 10 jours plus tard que je réalise, par ce mail de Youssif :

‘ Dear friend, things has changed now, the Americans have lifted the embargo and money can now flow in and out of Sudan without restrictions. We are working together to bring around 500 participants together in Karmakol Festival.  I see this as a great opportunity for Bustle, to have a share of the Sudanese music industry streaming revenue while punting on the table what I believe is a fare content monetization model. ‘

 

Vous comprenez?

Après 20 ans de restriction, la communauté artistique soudanaise organise un vaste festival, le Karmakol festival, pour dire au monde ‘Hé! On existe, regardez ce qu’on sait faire!’ Génial !

Ce qui intéresse Yousif, c’est de mettre en valeur ce territoire d’Afrique de l’Est dont on parle peu, et de tout de suite brancher la communauté artistique sur des outils qui vont permettre un vrai développement des artistes, c’est-à-dire des outils digitaux et collaboratifs. Et c’est là qu’il réveille de vieilles amitiés !

3 jours d’atelier sur la ‘Distribution Digitale de la Musique’

Je vais donc aller animer 3 jours d’atelier du 18 au 20 décembre à Karmakol, à 4 heures de Khartoum.

Ce qu’on apporte, c’est notre expertise sur la distribution digitale de la musique, notamment dans des zones à faible couverture internet, nos réflexions sur les usages des services digitaux dans des pays au faible taux de bancarisation, nos avancées en matière de protection du droit d’auteur comme outil garant de la création artistique et de système de répartition des revenus, bref, comprendre les enjeux et défis de construire des ponts entre les peuples, par leur culture.

Pour cela nous faisons équipe avec Blick Bassy, artiste français d’origine camerounaise très engagé dans le développement des artistes africains, et sa solution en développement d’édition musicale. L’idée est de ainsi présenter l’édition et la distribution, dans un package 3.0 qui sent bon le  mieux vivre ensemble!

Pas mal pour finir l’année!

Cyrille

 

One thought on “Bustle Music au Soudan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s